in

SPACEGRAF ZERO-G

Après la Spacegraf créée en hommage à la mission du dernier astronaute français dans l’espace, YEMA collabore de nouveau avec le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) et vous présente la YEMA SPACEGRAF ZERO-G afin de célébrer les 30 ans des vols paraboliques réalisés par le CNES.

MISE À JOUR DU 08 NOVEMBRE 2019

Le projet Spacegraf Zero-G en collaboration avec le CNES suit son cours et nous avons pu tester notre premier prototype en conditions réelles lors d’un Vol Parabolique organisé le 15 Octobre 2019.

L’objectif était à la fois de tester le mouvement Epson YM 90 et sa fonction de chronographe lors des phases de paraboles mais aussi de valider la bonne tenue de la montre en impesanteur.

Nous avons confié ce premier prototype de Spacegraf Zero-G à Sébastien Rouquette (responsable du programme des Vols Paraboliques) afin de l’embarquer au sein de l’A310 Zéro G au départ de l’Aéroport de Bordeaux-Mérignac.

JOURNAL DE VOL

Nous avons confié ce premier prototype de Spacegraf Zero-G à Sébastien Rouquette (responsable du programme des Vols Paraboliques) afin de l’embarquer au sein de l’A310 Zéro G au départ de l’Aéroport de Bordeaux-Mérignac.

15 octobre 2019 : Premier vol parabolique de la Spacegraf Zero-G

Les conditions météorologiques du jour permettent un vol au large de la Bretagne, dans une masse d’air relativement calme et un ciel clair au-dessus de 6000m d’altitude, offrant de bonnes conditions de vol en impesanteur.

09h00 : Fermeture des portes de l’avion. Début du roulage.

09h30 : Décollage piste 23.

09h50 : Début des paraboles. A l’annonce « 1 minute ! » faite par le commandant de bord, le chronomètre de la Spacegraf est lancée.

Le profil de vol est le suivant : Pendant 2 heures, 30 paraboles sont réalisées en 6 séries de 5 paraboles séparées par des pauses de 5 minutes, afin de permettre aux équipes scientifiques de re-calibrer les instruments de mesure ou de changer les échantillons. Au sein de chaque série, les paraboles s’enchaînent toutes les 3 minutes.

Le tempo est très précis, suivi par un chronomètre digital dans le poste de pilotage. Dans la zone expérimentale, le décompte de la Spacegraf est rigoureusement calé sur ce rythme, comme le montrent les photos réalisées pendant le vol, où l’on voit l’aiguille du chronomètre dans la plage rouge correspondant à la phase de zéro-g.

À tout instant durant le vol, la synchronisation entre le poste de pilotage et la Spacegraf est restée parfaite, offrant une référence très utile en zone expérimentale pour rester parfaitement dans le rythme des manœuvres. Démonstration est faite que l’instrument de mesure est parfaitement adapté à sa destination.

12h15 : Atterrissage en piste 23 à Bordeaux-Mérignac.

MODÈLES ET PLANNING DE LANCEMENT

Lors de ce vol, Sébastien Rouquette embarquait une Spacegraf avec un revêtement PVD brillant mais après plusieurs tests en interne de revêtements et en accord avec le CNES, nous avons finalement opté pour un revêtement en PVD mat, à l’image de cette lunette de Spacegraf Zero-G :

La Spacegraf Zero-G en boîtier PVD noir 39mm sera disponible à partir du 2 décembre prochain sur yema.com au prix de 449 €. Le modèle sera également décliné en version acier 39mm cadrans noir ou bleu nuit texturés au prix de 399 €. Livrées avec un bracelet canvas noir ou bleu.

MISE À JOUR DU 03 JUILLET 2019

Sébastien Rouquette, responsable du programme des Vols Paraboliques au sein du CNES, a collaboré avec YEMA dans la conception de la SPACEGRAF ZERO-G :

Ce chronographe répondra aux critères et exigences du CNES et sera notamment équipé d’un chronomètre qui permettra de se situer parfaitement dans l’espace-temps des paraboles et plus précisément dans la cadence très rythmée des trajectoires qui s’enchainent toutes les 3 minutes, et en particulier des phases de Zéro-G, entre 22 secondes et 44 secondes. Cette montre rassemble tout ce que j’aime dans cette activité exigeante. Pilote dans le civil, j’aime la précision et la fluidité des trajectoires aériennes. Passionné par l’espace et les sciences, je suis heureux d’avoir contribué à façonner cette montre offrant la technologie au service de la science.

Sébastien Rouquette

Cette nouvelle “moonwatch” s’inspire de la Spacegraf mais a été entièrement repensée afin de proposer un design parfaitement lisible et fonctionnel en corrélation avec les caractéristiques techniques d’un vol Zéro-G.

La YEMA SPACEGRAF ZERO-G subira une série de vols test sub-spatiaux afin d’éprouver sa solidité et son bon fonctionnement dans des conditions similaires à celles des missions spatiales.

L’A310 ZERO-G

En France, c’est l’A310 ZERO-G, exploité par la société NOVESPACE, filiale du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) qui est utilisé pour effectuer les vols paraboliques. L’A310 ZERO-G est un avion de type A310-304 aménagé en laboratoire de recherche scientifique, spécialement adapté pour l’apesanteur. Il est le seul avion permettant à ce jour, aux agences spatiales européennes d’avoir une activité régulière.

LES VOLS PARABOLIQUES

Les vols paraboliques (ou “vols 0G”) sont réalisés par des avions qui, en effectuant une série de paraboles, permettent d’obtenir des périodes de 22 secondes d’impesanteur. Ces vols aux trajectoires très impressionnantes et inhabituelles, permettent de réaliser des expériences scientifiques sans l’influence de la pesanteur.

MONTRE-OUTIL SPATIALE

Le noir profond du boîtier (PVD) et du cadran apporte un contraste fort avec le blanc des aiguilles et des index pour une parfaite lisibilité. La montre est équipée d’un chronomètre (trotteuse rouge) qui permettra de situer parfaitement la période de Zéro-G, elle aussi en rouge entre 22 secondes et 44 secondes, dans l’espace temps des vols paraboliques. Un compteur des minutes a été ajouté à 6 heures sur le cadran. La lunette tachymétrique permet de mesurer la vitesse moyenne (km/h) d’un objet ou d’une personne en mouvement, sur une période donnée et s’utilise également avec le chronomètre.

Index Dôme
Les index de couleur blanc, en forme de dôme et en relief offrent une lisibilité accrue et sont traités en Super-LumiNova.


Boitier PVD
Le boîtier de la SPACEGRAF ZERO-G (39mm et 19mm cornes) est traité en PVD, un revêtement réalisé en dépôt physique en phase vapeur. Celui-ci se distingue par son inaltérabilité, sa dureté, sa résistance à la corrosion et son excellente résistance aux rayures.


Aiguilles
Les aiguilles arborent un style “aviateur” en hommage à l’A310 ZERO-G utilisé pour les vols paraboliques.

Lunette Tachymétrique
La lunette tachymétrique permet de mesurer la vitesse moyenne (km/h) d’un objet ou d’une personne en mouvement, sur une période donnée et s’utilise également avec le chronomètre.

Couronne Siglée
Couronne en acier inoxydable avec logo Y stylisé YEMA gravé.

Fond de Boîte
Le fond du boîtier est composé du logo officiel du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) au centre et d’un marquage en hommage à YEMA -Première montre française en orbite et au 30ème anniversaire des vols paraboliques 1989 -2019.

Mouvement
En allant dans l’espace, un mouvement subit de nombreux changements de températures et de variations de pression, c’est la raison pour laquelle le quartz est privilégié aux mouvements mécaniques. De plus, les mouvements quartz sont bien plus précis que les mouvements mécaniques et pour un spationaute le temps doit se calculer à la seconde près au jour le jour sans retard ni avance. Nous avons donc sélectionné l’Epson YM90 pour sa fiabilité mais aussi pour son mécanisme de chronographe avec minutes à 6 heures. Cette particularité permet à la Spacegraf Zero G d’utiliser le chronographe pour se positionner parfaitement dans l’espace temps entre les périodes de Zéro G à l’aide du marquage spécifique sur le contour du cadran mais aussi d’utiliser le compteur minutes pour anticiper les phases de paraboles.

CENTRE NATIONAL D’ETUDES SPATIALES (CNES)

Le CNES est chargé de l’élaboration et la mise en oeuvre du programme spatial français. Le CNES est toujours en 2019 l’agence spatiale nationale la plus importante des pays de l’Union Européenne.

YEMA PREMIÈRE MONTRE FRANÇAISE
À VOLER DANS L’ESPACE

Conçu en 1982, année du début de la collaboration entre le CNES et YEMA, le modèle Spationaute fut la première montre française et de l’Europe de l’Ouest à voler dans l’espace. Elle était portée par Jean-Loup Chrétien lors de la mission franco-russe PVH, Soyouz T-6.

SUPERMAN HERITAGE GMT

YEMA x Fans